A mon père…

Oui, mon père, celui à qui je dédie ce blog.
Et voici pourquoi : (Si vous êtes nés avant 1970 ou après 1983, retournez sur la page d’accueil, vous ne comprendrez rien)

En fait, je suis un nanti. Un béni.

Le courant tumultueux de la vie s’est soudain arrêtée et je peux enfin la regarder sans me tordre la racine…
Mais depuis peu !… Oui, oui, pendant longtemps, j’ai fuit les méchants couteaux voulant me découper en rondelles, les vilaines ménagères prêtes à me farcir en plein, et les cocottes désireuses de me faire bouillir.

Mon seul salut face à cette batterie de grossiers gourmets et de méchants gourmands, eut été la délivrance de la moisissure rampante et de la tubercule galopante. La mort à petit feu dans les deux cas.

Et puis un jour le téléphone m’a parlé. Un homme, je crois, avec la voix d’un gros chat, m’a annoncé la mort de mon père, puis a lancé une page de publicité. Après, il m’a dit que c’était quand même la fête et que j’avais hérité d’un cadeau. Un frigo rigolo.

telechat5

Mon père était quelque chose de bien. Toutes les semaines, il sortait de chez lui et risquait sa vie pour un monde meilleur. Toutes les semaines il allait se battre contre des objets diaboliques au risque de se faire dévorer par des mixeurs enragés et autres aspirateurs affamés. Toutes les semaines, mon père se risquait hors de son frigo pour « faire mordre la poussière à tout ceux qui veulent la guerre ».

Oui, mon père c’était ça :

leguman-o

Léguman est mort. C’est bien triste. Sauf pour les enfants qu’il a parait-il traumatisés…Parce qu’il avait une sale tête ? Une allure dégueulasse ? Des attitudes robotiques et glaciales ?… Les enfants sont ingrats.
En tout cas il avait du cœur. Pour preuve, tout rabougri et flétri qu’il était sur sa fin, il a préféré débrancher et économiser son vieux frigo des années 80 en vue de le léguer à son fils. A moi, Léguboy.

Finie la vie sèche et bruyante qui m’épluche, je vais cesser de courir sans arrêt, et pouvoir me poser quand il me chante, à cheval entre les steaks hachés froids et les compotes bien juteuses, bien au frais derrière les portes de mon Frigo Palace.

Vous pouvez rentrez, vous pouvez vous assoir, refermez bien la porte pour qu’il fasse noir, et en avant pour les salades et les histoires.

Léguboy

Un commentaire pour A mon père…

  1. Wyns02 dit :

    Ah! Le saint légume, comme j’ai admiré ses exploits. Il reviendra, ça ne fait pas un P.L.I. !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s