ARTICLE 4 : C’est encore loin Grand Schtroumpf ?

jeuNulTrafic3

Depuis que j’suis môme, j’ai jamais réussi à faire aboutir un truc jusqu’au bout. Attention, tout ce que j’entreprends  je le fais plutôt bien,  souvent très bien et parfois même,  accrochez-vous, mieux que quiconque. Enfin, ce que je veux dire, c’est que j’ai une telle aptitude naturelle à me transcender au début d’une nouvelle activité, que Mozart aurait plutôt entamé une carrière de forain si j’avais été son pote d’enfance. Et il aurait eu tort. Car devant ma lacune à persévérer et à fignoler les choses, il m’aurait facilement surpassé avec un peu de patience. Mais bon, vous connaissez son tempérament…Quel con ce Mozart…

Je ne vais donc jamais au bout des choses, et il y a deux raisons à cela.

La première c’est que je suis limité. Physiquement et mentalement. J’ai appris la guitare en 2 heures mais me mets à saigner du pouce à la quatrième mesure, et  j’ai toujours eu les félicitations au premier trimestre pour redoubler en juin. Je me situe à mon humble avis entre le génie embryonnaire et le fœtus surdoué.

La deuxième raison c’est que je n’aime pas la fin des choses. Je ne termine par exemple jamais complètement mon assiette et laisse toujours un chouia même si c’est délicieux. Il m’arrive souvent d’interrompre brutalement un livre ou un feuilleton qui me plait pour en entamer un nouveau. Là, je vous vois venir à 10 bornes en train de jouer au psy de brocante et m’annoncer que c’est la peur de la mort. Sérieusement vous êtes pathétiques. Passons.

Que cette malheureuse contingence  soit le reflet d’un surmoi modelable, ou la simple composante d’un substrat génétique immuable, elle m’emmerde et pas qu’un peu. Du fait que je n’approfondisse jamais ou très mal ce dans quoi je me lance, je n’ai pas une seule fois réussi à me spécialiser ou être un crack dans le moindre domaine. Dans n’importe quelle discipline je me fais balader par le plus grand nombre. Par exemple à chaque fois qu’avec des potes on partage un nouveau jeu (jeu de société, jeu vidéo, …), je remporte haut la main les premières parties. Je les écrase. A chaque fois. Je comprends très vite très vite les rouages de base. Mais au fil du temps, les rôles s’inversent. A chaque fois. C’est déprimant je vous assure.

C’est pourquoi, quand je n’ai pas le moral, quand je viens d’hypothéquer mes dernières rues et gares de Paris devant ma pimbêche de nièce de 6 ans, ou que mon cousin de 15 m’a buté tout l’après-midi sur Playstation à coup de Kalach’, et bien je viens me réfugier dans la Chouette d’Or.

livreChouette

Sur La Trace De La Chouette D’or est une chasse au trésor à base d’énigmes sortie en 1993  dont le lot n’a toujours pas été attribué, faute de découvreur ayant localisé l’endroit où se terre la récompense. Le règlement du jeu ne mentionnant aucune date limite, la chasse continue, et ce malgré la mort de l’auteur du jeu. D’après la justice (car vous imaginez les déboires et aléas en 22 ans) le jeu semble toujours valide, avec sa récompense estimée à 1 million de francs à l’époque. (Une statuette de chouette en or et pierres précieuses).

Pour tenter votre chance, vous pouvez télécharger gratos les 11 énigmes sur le site officiel de l’association.

Sur La Trace De La Chouette D’or est un jeu de sagacité où tout le monde gagne. Aucun participant n’est meilleur qu’un autre, et le risque de se faire surpasser est nul. Tout est bon à dire, tout est bon à prendre, il n’y a aucune garantie qui puisse être apportée sur qui dit la vérité, qui se trompe, qui bluffe, qui délire. Vous pouvez à tout moment vous proclamer comme le meilleur de tous puisque personne ne pourra prouver le contraire.  C’est super sympa. On a aussi le droit de faire fi de la réalité en niant les conseils de l’auteur et même de saboter la langue française à grand coups de sophismes et smileys moqueurs sans que personne ne nous dise rien. Forcément, puisque personne n’a trouvé la chouette, personne n’a la légitimité de savoir ce qui est vrai ou pas, et encore moins d’encadrer le jeu. L’auteur ayant disparu, CQFD. Après tout, c’est peut être un disque de Cloclo qui est enterré plutôt qu’une chouette, puisqu’il n’y a personne pour vérifier. Ca me rappelle un dialogue entre Lisa Simpson et son frère :

« –Lisa : Un arbre qui tombe dans une forêt déserte à 300 km à la ronde fait-il du bruit ?

BartUn peu ma sœur ! Et comment qu’il fait du bruit !!! (En mimant la chute avec son bras)

Lisa : (désespérée) Mais non !…Puisqu’il n’y a personne pour l’entendre … »

 Enfin ce qui est sûr c’est que tout le monde a énormément de bonnes réponses aux énigmes proposées, que tous les chercheurs ont quasiment tout décrypté, que tous les chuinteurs ont 10 sur 10 après avoir gueulé dans un micro devant papa, maman, et tatie.

Vous imaginez bien que pour un nullard comme moi, c’est le paradis.

Cet article, publié dans loisirs, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour ARTICLE 4 : C’est encore loin Grand Schtroumpf ?

  1. Wyns02 dit :

    Le fils ne dégénère pas, mais survivra-t-il à l’horreur de son père ?

    J'aime

  2. zarquos dit :

    Salut Leguman,

    J’apprécie tes qualités de nullard, s’adapter rapidement à n’importe quelle situation imprévue et se laisser dépasser quand il n’y a plus de challenge, c’est un avantage darwinien inconstestable. Il est vrai qu’à notre époque ce n’est plus aussi important qu’avant (du temps de nos ancêtres chasseurs cueilleurs) mais quand même ça peut toujours servir 🙂

    A-z

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s