ARTICLE 2 : Les francs Belges (Hors d’oeuvre)

autofrites2

Premières paies, premières vacances, ça se fête !
Il y a 10 ans, entre la fiesta espagnola et la dolce vito italiano, je choisis le Belgium délirium.

La Belgique en voiture c’est loin (J’habite le sud de la France), c’est l’étranger, MAIS c’est frontalier et ça à l’air comme chez nous puisqu’ils parlent notre langue et bouffent nos french frites. Confortable et rassurant pour une première escapade en solo.
Et ben non ! La Belgique, c’est effectivement comme chez nous, et donc les petites différences nous prennent d’autant plus par surprise lorsqu’elles se présentent : Je ne m’étonne pas tant que ça de rouler à gauche au japon puisque je suis déjà et généreusement cerné par une foultitude de changements qui me positionne clairement l’esprit en pays étranger. Je me dis « lol, un exotisme de plus ». Mais quand vous roulez à droite, sortant d’une station essence dans laquelle vous venez de demander un plein d’eurosuper 95 et acheter un Mars barre glacée, qu’on vous a dit « merci, au revoir », que vous avez répondu « merci, au revoir », et que soudain, les panneaux auto-routiers gravés pourtant d’un français impeccable virent du bleu au vert, et bien vous avez sèchement l’impression d’avoir malencontreusement glissé dans un univers quantique parallèle.
(Sans compter que c’est super chiant de se taper une route misérable de nuit sans GPS quand on avait cru choisir l’autoroute pour ne pas arriver en retard au check-in de l’hôtel.)

sliders

Effectivement, un caillou est plus douloureux dans une pantoufle que sur des braises, une fondue Savoyarde s’apprécie d’autant mieux pendant un régime que derrière une raclette, un brin de paille se remarque davantage dans une boite d’aiguille que dans une botte de foin. C’est flippant et amusant si on se prend au jeu. Mais cette sensation n’existe pas dans tout le pays. Seulement en Wallonie, « partie française » de la Belgique. Car en tant que lecteur légèrement au-dessus de la moyenne (je suppute),  vous savez que la Belgique c’est la Wallonie + la Flandre.
Et ben non !  La Belgique c ‘est  Wallonie + Flandre + BRUXELLES. Officiellement quoi…C’est à dire qu’il y a vraiment une troisième région qui est la région de Bruxelles, et qui se situe en Flandre. La Flandre, qui n’a rien à voir avec la partie Wallonne, puisqu’on y parle absolument le flamand, dialecte néerlandais, et qu’architecturalement et culturellement, cette zone est un prolongement naturel des Pays-Bas. Un peu comme la France et la Wallonie donc. Je comprends d’ailleurs qu’ils aient du mal à s’entendre politiquement, ce sont deux pays différents.

Belgiqueprovince

La région de Bruxelles est à l’intérieur de la Flandre, on y parle donc majoritairement le flamand.
Et ben non ! Bruxelles est composé de francophones à plus de 80% !
Il est donc logique que les premières personnes à qui j’ai aléatoirement adressé la parole en arrivant étaient des francophones.
Et ben non ! Je me souviens la première fois que j’ai posé pied à terre en Bruxellie pour demander ma route jusqu’à mon hôtel :

« – Bonjour, excusez-moi, euh, vous parlez français ? Je cherche l’hôtel Ustel, sauriez-vous me l’indiquer sur ma carte dégoulinante de sueur et de Mars glacé ?
Neen ! Neen !  » me hurla la jolie brune en fuyant. (Vous aurez traduit par vous-même cher lecteur moyen +)

Je restais néanmoins confiant aux théories des probabilités et réitérai dans la foulée sur d’autres proies, avec le même tact de gentleman et les même auréoles sous les bras :

« – Bonjour, excusez-moi, je suis touriste et …
Neen ! Neen !
Ah, bon, euh, vous là, Bonjour je …
Neen ! 
Bonjou…
NEEN ! NEEN ! »

munch_TheScream_big

Après tout, ça suffisait pour comprendre qu’on n’allait pas se comprendre. Un « non » franc et direct valait peut être mieux que des « sorry but blablabla » durement écorchés accompagnés de regards gênés et de sourire crispés teintés de fausse complaisance. Ces gens m’avaient fait gagner un temps fou même si je terminais d’essuyer ma 26ème rebuffade flamande, et que ma bagnole stationnée à la hâte avait fortement intéressé la maréchaussée locale pendant cette petite demie-heure à faire clignoter mes feux de détresses sur la file du milieu d’une artère principale embouteillée jusqu’à Liège.
Mais d’après la loi des probas, les 104 prochaines personnes que j’accosterais seraient francophones. On se console comme on veut.

A être continué…

Cet article, publié dans Voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s